Fabrice Humbert, La Fortune de Sila

Éditions Le Passage

Prenez un oligarque russe, ancien professeur d’économie ayant trahi ses idéaux politiques, un clandestin africain, un américain ayant fait fortune dans les crédits immobiliers douteux, deux jeunes amis français, l’un prodige scientifique presque asocial, l’autre bluffeur, tous deux évoluant dans la finance à Londres. Mélangez le tout lors d’une scène inaugurale qui se tient en 1995 dans un grand restaurant parisien avec un scandale étouffé à la clef : le serveur est violement frappé par le rustre américain et personne autour n’ose intervenir. Dispersez à nouveau tous ces personnages et revenez successivement dans leur vie jusqu’en 2007 environ. Vous obtiendrez un roman épique qui saisit les évolutions rapides de notre monde globalisé, notamment dans les sphères où l’on brasse de l’argent. Le point de vue dévoilé graduellement est celui du cynisme ayant pour moteur l’appât du gain mais plus encore le besoin de se faire une place au soleil et pour corollaire, la raison du plus fort, du plus manipulateur, du plus violent jusqu’au crescendo final.

 

S. Rousseau


Vidéo : à propos de La Fortune de Sila


Vidéo : entretien avec Fabrice Humbert