Véronique Ovaldé, Des vies d'oiseaux

L'Olivier

Gustavo et Vida Izzara forment un couple très fortuné qui a le privilège de résider à Villanueva, sis sur la Colline Dollars, pays imaginaire d’Amérique latine. Un jour, ils constatent que leur villa a été occupée pendant leur absence. Gustavo décide de porter plainte auprès du lieutenant Taïbo. Plus tard, on apprend que la fille du couple, Paloma, dix-huit ans, s’est enfuit avec Adolfo, le jardinier. Ainsi commencent les investigations et pérégrinations du lieutenant et de Gustavo de Vida à la recherche de Paloma.


C’est sous la forme d’un conte que Véronique Ovaldé nous narre les relations entre des personnages très fortement campés. Les femmes y sont toutes en souffrance. En tous les cas, Paloma, la fille, elle, est une jeune femme en colère qui préfère prendre la fuite avec son amant plutôt que de ressembler à sa mère. Mariée jeune et aux origines modestes, Vida est, en effet,  une femme malheureuse vivant dans une cage dorée. Totalement dépréciée et soumise à son mari, elle ne s’est jamais émancipée. À travers ces différents destins qui se croisent sans cesse, ce bien beau roman, tout en subtilités, retrace avec beaucoup d’humanité, la quête du bonheur et de l’amour.

 

A. Herbin


Vidéo : Véronique Ovaldé parle de son roman